samedi 17 juin 2017

La fille de Tchernobyl d'Aurélie Wellenstein


APPAREILLONS ...


Dix ans après le drame de Tchernobyl, Lana se rend clandestinement dans la Zone interdite,pour se recueillir sur la tombe de son père, mort lors de la catastrophe.
Si la nature y a retrouvé ses droits, les villes et les villages ne sont plus que désolation.
C'est alors que Lana découvre des chevaux survivants qu'elle devra protéger contre des braconniers ...




J'AIME !!

J'avais 14 ans lorsque la catastrophe de Tchernobyl s'est produite et je m'en souviens encore, ainsi que toutes ses conséquences les années qui ont suivi (notamment cet orphelinat d'enfants contaminés qui m'avait vraiment traumatisée).
Aussi écrire un récit se passant sur ce thème là ne pouvait que m'intéresser, et il est parfaitement traité : les conséquences environnementales mais aussi humaines (le passage où les gens doivent évacuer leurs villes en laissant tout derrière eux est vraiment émouvant), les mensonges et désinformations du gouvernement, l'incroyable résistance de la nature
La fille de Tchernobyl est un bon récit, porté par une écriture fluide, qui se lit bien pour un adolescent  et qui traite avec justesse tous ces thèmes au travers d'une histoire de poursuite et de braconnage.

J'AIME MOINS !

Le côté surnaturel de la fin qui est surprenant mais n'ajoute rien de plus au récit.

MON AVIS

Un livre qui traite avec justesse et émotion un drame qui est encore dans toutes les mémoires et dont la menace est toujours existante, un récit qui navigue entre le présent, les souvenirs heureux de Lana d'avant la catastrophe et ceux de son vécu de l'horreur et des pertes qu'elle a subis.
Cela se lit bien, sans temps mort.
Ce n'est pas le livre que je préfère de cette auteure mais il est bien sympathique et touchant.
Et surtout utile pour ne jamais oublier !








1 commentaire:

  1. Y a des chevaux dans ce livre ?

    Je ne me souviens plus de la catastrophe, bien sûr, par contre je me souviens qu'une des familles de notre lotissement avait accueilli une gamine d'une douzaine d'années qui venait de là-bas, pendant quelques semaines. Un système de parrainage pour aider les familles qui avaient du mal à se refaire des années après la catastrophe je suppose, me souviens plus.

    RépondreSupprimer